Le rap «libéré» n’apprécie guère les homos

La polémique est vive en France depuis la récente sortie d’un clip du rappeur Tovaritch. Cet artiste franco-russe surtestostéroné y affirme ne pas aimer « les hommes qui sucent des hommes ». Joram Vuille (médaillon), patron du site hip hop reprezent.ch, analyse les ressorts cachés de la polémique.
Pour accéder à ce contenu vous devez souscrire à un abonnement
Gros bras, grosses bagnoles, Tovaritch vise plus la sono des salles de muscu que le prix Goncourt. Instragram
Gros bras, grosses bagnoles, Tovaritch vise plus la sono des salles de muscu que le prix Goncourt. Instragram
La polémique est vive en France depuis la récente sortie d’un clip du rappeur Tovaritch. Cet artiste franco-russe surtestostéroné y affirme ne pas aimer « les hommes qui sucent des hommes ». Joram Vuille (médaillon), patron du site hip hop reprezent.ch, analyse les ressorts cachés de la polémique.
Pour accéder à ce contenu vous devez souscrire à un abonnement

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur skype
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print